top of page
  • Photo du rédacteurcoconensoi

Le Courrier de Jillibert - Lettre 6 - Le travail

Dernière mise à jour : 19 juil. 2023

Bonjour mes chers fidèles lecteurs,

Illustration à l'aquarelle: Claudia Lopez


Jillibert est de retour pour répondre à vos nombreuses questions (ok ok, j’arrête de parler de moi à la troisième personne). Aujourd’hui nous allons parler de notre organisation et de ce que vous appelez à votre époque « le travail ». Ben oui, parce que je ne fais pas que de vous balancer des informations, j’entends aussi vos multiples questions et je me suis dit qu’il était temps d’y répondre ! Bon je vous avouerais que certaines me paraissent un peu bizarre, même si mon grand-père me dit toujours qu’il n’y a pas de question idiote.


Bon revenons-en à nos moutons, ici nous n’avons pas de « travail » comme je vous l’ai dit dans mes toutes premières lettres. En effet, toute notre organisation est faite sur l’entraide et sur les envies des uns et des autres. Je m’explique :

Si j’ai bien compris à votre époque, vous aviez un système qui apprenait très petit aux enfants qu’il fallait choisir un travail et bien travailler à l’école pour pouvoir « réussir dans la vie ». Ben moi je vais vous dire, ça me file les frissons votre truc. Comme je vous l’ai déjà dit dans notre société à nous, nous valorisons l’épanouissement de chacun par la valorisation de ses intérêts et de ses aptitudes. C’est-à-dire qu’on laisse chaque individu explorer tout en l’accompagnant de la manière la plus adaptée à ses besoins et la plus respectueuse des uns et des autres. Mais ça je ne vais pas revenir là-dessus car j’en ai déjà parlé hein, et je veux pas radoter comme papi.


En gros, chez nous, chacun fait ce qu’il adore, à son rythme !

Bon je vois ce que vous dites car vous m’avez posé mille fois la question : mais si chacun fait ce qu’il a envie, ben il y aura beaucoup de chose qui ne fonctionneront plus !

Et ben vous n’avez pas si tort que ça, déjà ce que je dois dire c’est que beaucoup de métiers ont disparu par apport à votre époque. La masse de « travail » globale à grandement diminuée ! Ben oui, parce que lorsque tu supprimes l’argent, ben y’a pas mal de truc que t’as plus besoin. Mon papi m’a parlé de truc comme « impôts, déclarations de salaire, rentes, chômage, investissement, banque, assurance, etc » des mots bien compliqué que l’on utilise plus. Beaucoup de travail administratif ont simplement disparu. Ensuite comme je l’ai dit quand on est épanoui et ben on a plus besoin d’empiler des tas de truc que tu n’as plus besoin, et ben en fait y’a plus besoin de les fabriquer ! C’est pas trop bête comme raisonnement ça, non ? En plus lorsque tu vis dans un monde de paix et ben tu seras étonné de savoir que nous n'avons plus non plus de police ou d'armée. Juste des vieux sages pour nous aiguiller et nous aider à résoudre nos différents quand il y en a. Mais ça je vous en dis pas plus car tout sera dans ma prochaine lettre qui vous fera d'ailleurs voyager mais je ne vous en dis pas plus bande de petit curieux!


Ensuite à votre époque, et ben comme beaucoup tire sur la corde en « travaillant » beaucoup pour pouvoir subvenir à ses besoins et ben je comprends que si un jour on lui dit « il n’y a plus besoin d’argent » et ben il va vouloir s’allonger dans son transat et ne plus rien faire de toute sa vie. Mais en fait ça c’est parce que vous vous êtes éloigné de la vrai nature de l’être humain qui est par nature épanoui, confiant, heureux et plein d’énergie. Comme je vous l’avais dit votre système éducatif et votre système sociétal n’est pas fait pour créer des êtres humains comme cela (eeeuuuh oui désolé je suis plutôt direct comme garçon, désolé si cela pique un peu). Et en s’éloignant de sa nature et ben l’être humain ne sait plus ce pour quoi il est venu sur terre ni ce qu’il aime d’ailleurs ! Vous êtes énormément à me dire que vous ne savez même pas ce pour quoi vous êtes doué ! et ben cela ne m’étonne pas.


Dans notre système à nous, même si nous n’avons pas l’obligation de travailler car nous n’avons pas « d’argent » et que chacun à ce dont il a besoin, et ben


chacun souhaite naturellement faire ce qu’il aime et se sent valorisé par ce qu’il amène à la société !

Cela s’appelle d’ailleurs la solidarité.


Chez nous et ben le maraîcher est très fier de pouvoir nourrir les gens avec de bons légumes, le menuisier de fabriquer de joli meuble, le mécanicien de réparer et de fabriquer des machines bien utiles pour faciliter le quotidien. Et ce sentiment de solidarité est primordiale, c’est pour cela que pour arriver à notre « stade » il faut du temps, cela ne peut marcher qu’avec une population qui a travaillée sur elle, qui souhaite le bien de tout un chacun (et pas juste être connu sur instatruc, ou facemuchtruc, je crois que c’est ça le nom de vos réseaux sociaux, en tout cas selon papi qui me semble parfois perd un peu la boule ou alors juste avoir une plus grosse voiture que le voisin pour se venter). Il faut une population qui a profondément et simplement envie d’être …heureux ! et quand on est heureux, je l’ai déjà dis mais j’aime bien répéter les choses qui ont du sens : et ben on veut que tout le monde le soit !


Car le bonheur a bien plus de saveur lorsqu’il est partagé.

En plus, dans une société où les gens sont épanouis et font ce qui leur chante quand ça leur chante et ben je vais vous dire qu’il n’y a vraiment plus beaucoup de maladies. Ben oui car on le sait, une grande source de maladie provient de notre manière de vivre et de nos conditions de vie. En ayant une vie plus respectueuse avec son corps et la nature et ben moi je vous le dis en 8 on prévient pas mal de pépins de santé. De coup, et ben il y a moins besoin de structures médicales et de personnel pour y travailler (car oui nous avons encore quelques maladies et accidents parfois mais cela est plutôt très rare). D’ailleurs si j’ai bien compris votre système à votre époque une part du travail du personnel de santé qui prenait de plus en plus de place était le travail administratif pour les assurances et la comptabilité. Et ben ça « pfiou », plus besoin ! Cela dégage du temps pour ce qui compte vraiment non ?


D’ailleurs chez vous mon papi m’a dit que vous portiez plus d’intérêt et plus de valeur pour les métiers de bureau, ce qui est bizarre, car on peut bien vivre sans « argent » et les métiers qui vont avec (on en est la preuve vivante !) mais pas d’agriculteurs, de menuisiers ou même d’artistes !

ROOOO ça y est, je vous vois avec vos gros yeux de chouettes huppées ! Oui les artistes sont importants ! C’est eux qui amènent beaucoup de légèreté sur terre. Par leurs inspirations, ils peuvent nous transporter dans des bulles de bonheur et nous faire rêver. Et lorsque l’on rêve et ben Bim on peut être super bien inspiré dans plein de domaines ! Il n’est pas rare que certains chercheurs aient l’idée qui leur manquait pour les plus grandes découvertes en écoutant de grandes musiques inspirantes. C’est génial non ?


Bon moi j’aime bien la musique mais plutôt pour danser comme un fou avec mon grand papi au milieu du salon, je dois vous avouer, mais ça c’est vraiment cool aussi !


Ce que je veux encore dire avant de m’en aller mettre la musique à fond car grand papi vient de rentrer et je sens qu’il a envie de danser, c’est que pour ceux qui ne savent pas ce qu’ils sont venus trafiquer sur terre, et ben ne vous inquiétez pas.


Le chemin est là quelque part, soyez confiant car c’est celui qui vous mènera directement à votre cœur.

Et ce qui vous mène au cœur vous rends forcément heureux. Alors suivez cette voie !


Des gros bisous

Jillibert

45 vues0 commentaire

Comments


bottom of page